Actus​
sac

Des viandes américaines sur le sol français ?

On aime les nouvelles technologies américaines, leurs buildings,  leurs films et le beurre de Cacahuète… Mais est-on prêt à tout accepter ?


Les Etats-Unis et l’Europe sont actuellement en train de négocier un accord de libre échange qui promet d’être historique sur la base d’un autre accord signé avec le Canada l’année dernière. Historique parce qu’il peut, à terme, détruire un modèle de production ancrée dans le paysage Français et plus globalement maintenant, Européen.
Explications : Depuis près de 50 ans, tous les maillons du monde agroalimentaire français s’acharnent à mettre en place des processus, des normes d’hygiène et de sécurité alimentaire pour garantir aux consommateurs des produits de qualité, tracés, issus d’animaux nés, élevés et abattus dans les règles du bien-être animal.
Mais aujourd’hui, il est question d’ouvrir nos frontières aux produits carnés en provenance des États-Unis et d’Amérique du Sud, pays avec lesquels nous observons des différences à toutes les étapes du processus de production.
Selon Interbev, les pratiques américaines en termes d’élevage, d’alimentation, d’abatage, sont en décalage avec les principes défendus par l’Union Européenne. La traçabilité des viandes n’est pas obligatoire aux Etats-Unis ni au Brésil, l’utilisation d’hormones et d’antibiotiques, interdits en France, sont largement diffusés outre-Atlantique comme facteurs de croissance. Les Feedlots (parc d’engraissements intensifs), permettent aux animaux d’acquérir de la masse rapidement grâce à une alimentation à 80% composée de Maïs et de Soja OGM. Enfin, le bien-être animal est lui aussi à remettre en cause. Alors que nous mettons en avant dans notre démarche qualité Normandie Viande Héritage, une grande proximité géographique entre l’élevage et l’abattoir favorisant ainsi des animaux moins stressés, le transport sans pause aux États-Unis des bêtes dans les camions est de 28h ! Comment alors déguster une viande tendre et savoureuse quand la bête est fatiguée et que ses muscles sont contractés durant des périodes aussi longues ?
Enfin, en termes de prix, les coûts de production sont imbattables. Presque 30% inférieurs aux coûts de production français. Bref, une viande bon marché, et même pour les pièces à griller…
Question ? A quoi bon choisir d’élever des bovins dans les prairies, de les élever sans activateurs de croissance et d’assurer la traçabilité dans les assiettes si les grandes instances européennes nous permettraient de faire l’inverse ? La filière bovine française redoute que les États-Unis et l’Amérique du Sud obtiennent un contingent compris entre 300 000 et 600 000 tonnes de viande bovine pour les exporter sans droit de douane en Europe. Cela reviendrait à amputer le secteur européen de 8% de sa production ! Le coup de massue serait alors immédiat et dévastateur, d’autant qu’il s’agirait vraisemblablement des pièces nobles, à forte valeur ajoutée, venant directement concurrencer la production intérieure.
On attend alors la délibération des dernières tables rondes de mai dernier. La validation de l’accord de libre-échange par un contrôle d’une production sans hormone de croissance semble le scénario le plus probable. Mais on sait bien que l’ouverture des frontières donne souvent lieu à des dérives, on va donc devoir malheureusement faire avec ; parce que rien n’arrête les Etats-Unis !

(Source Interbev, LSA et Capital)

Une réflexion au sujet de « Des viandes américaines sur le sol français ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *